enfantillages.jpg

 

Ce billet a été associé avec "Les guimauves un peu chimiques, parce que c'est celles qu'on préfère !"

 

Au final, peu de changements (et c’est tant mieux), on est toujours dans l’univers d’Aldebert, humour, bonne humeur, sujets d’actualité, originaux (« Les oiseaux dans les grands magasins ») ou un peu farfelus (les aventures du chat « Pepette »), textes truculents, rythmes et musiques entraînants…

Certes, tout n’est pas égal et les grands enfants que nous sommes tous apprécieront probablement bien d’avantage que les petits, mais finalement, est-ce vraiment un album pour « enfants » au sens premier du terme ? En connaissant l’univers musical d’Aldebert, où chaque album contient au moins une chanson « enfantine », cet album est-il un moyen d’affirmer fermement qu’il n’a toujours pas « grandi » ?