Ce billet a été associé avec "Le Puits Amélie de M. Kuhlmann"

Ce n'est pas en rédigeant ma critique culturelle "terroir" finalement associée à ce billet que l'idée de la potée m'est venue, mais d'une manière beaucoup moins séduisante : il y a un chou, un énorme chou dans le frigo, depuis plusieurs semaines, et il faudra bien finir par le passer à la casserole !!!
D'autant plus qu'il a été rejoint par des saucisses de Montbéliard, initialement destinées à des lentilles qui ne sont pas mes super grandes copines...

Nous n'étions que trois à manger, ce qui déjà, ne colle pas à la vision traditionnelle, grandes tablées, avec les ancètres et toute la famille, réunie autour de la marmite...




Dans la cocotte en fonte, qui a vu des générations préparer le repas (ou pas...), j'ai mis :
- 1/2 chou (qui faisait 3 kg à la base, faut rentabiliser !), blanchi 5 minutes à l'eau bouillante
- 4 oignons
- 6 pommes de terre (des moches, bien terreuses et un peu germées, ça fait plus rustique...)
- 6 carottes (environ 1kg, car c'était des vraies carottes, énormes...)
- 4 saucisses de Montbéliard (4 saucisses pour 3 personnes, c'est vraiment pas rustique, ça serait plutôt une pour 2 personnes, ou que pour ceux qui travaillent, les autres se contentent du goût...)
- laurier, clou de girofle, baies de genièvre, sel, poivre (je doute énormément sur la présence des épices telles que le clou de girofle dans les cuisines paysannes "d'avant", mais je me suis permis l'entorse...)
- 1/4 L de vin blanc sec (là aussi, je doute... )


La préparation est à l'avenant, j'ai fait revenir les saucisses piquées pour récupérer du gras, dans lequel 3 des oignons et les carottes en morceaux sont allés se dorer la face.
Une cuillère de farine pour lier un peu, puis le vin blanc et autant d'eau (aditionnée d'un kubor, ouille ouille, ça c'est vraiment pas traditionnel !) avant d'ajouter le chou coupé grossièrement, les pommes de terre, le dernier oignon tout piqué de clous de girofle, les épices et les saucisses. Encore un peu d'eau pour couvrir quasiment le tout et une bonne heure et demi de mijotage, avant de déguster sans aucun cérémonial !